EN - FR

addict galerieexposaddict galerie
addict galerie

expo en cours

expos passées

- ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES 2017 dans l'espace RVB - Une proposition de Jeff Manzetti

- IMPRESSION, soleil couchant - Lou Sarda

- AKKU - Sacha Haillotte

- INTERIEUR PARTICULIER - Une proposition d'Arnaud Caffort

- LES RITA MITSOUKO & CATHERINE RINGER - Renaud Corlouër, Youri Lenquette, Pierre Terrasson

- Jean Faucheur - Où est la photographie ?

- Gilles Elie Cohen - EROS Pigalle

- Accrochage de Photographie . Group Show

- Gilles Elie Cohen - Vikings & Panthers

- Mauvais genre

- Youri Lenquette - KURT COBAIN - The Last Shooting

- Youri Lenquette - PUNK NUGGETS - Original Artyfacts 1977 - 1985

- David Lyle - Bits and Pieces

- Maria Tomé - La main de Dieu - (Hand of God)

- Jean Faucheur - Sans Titre

- John CRASH Matos - Study in Watercolors

- John CRASH Matos - CRASH fait le "M.U.R"!!

- THOMAS FIEBIG - La grande bouffe

- JEAN FAUCHEUR - Peinture Nouvelle

- MARKUS BUTKEREIT - Dr Mabuse

- John CRASH Matos - Paintings with a Hidden agenda

- ADDICTS… d’art urbain

- L'ART URBAIN...2

- L'ART URBAIN...du mur a l'atelier...

- Pax Paloscia - Forever young

- Skwak - Histoires grotesques et sérieuses

- Jong Myung Hwang - Faceless

- DAN WITZ - Recent Works

- John CRASH Matos - "Betances 1973-82"

- Tim Biskup - O/S Operating system

- SLICK 08 - Foire d'art contemporain

- Siegfried jegard - Far Away Eyes

- Sophie Toulouse - Nation Of Angela. Chapter07.

- Skwak - Born to be a Maniac

- Hors-d'oeuvre

- Place 54, L'expo

- Monsieur Siegfried Jegard est un MONSTRE.

- Dan Witz - Mosh Pit

- WK Interact - Double impact

- Justin Morin - Eyes’ River

- Sophie Toulouse - nation of angela. chapter 06. the battle for noa

- Olivier Kosta-Théfaine - I'm a Sartouvillois baby!

- addict

 

voir les photos de l'exposition
 

MOSH PIT

Une exposition de Dan Witz

Exposition du 24 Avril au 26 Mai 2007

Vernissage le samedi 21 Avril 2007 17:00 - 21:00
Exposition du 24 Avril au 26 Mai 2007
Mardi-Samedi  11:00 - 19:00

télécharger le flyer  télécharger le communiqué


Internationalement connu pour sa pratique du Street Art depuis les années 80, mais aussi pour ses huiles sur toile à la facture en apparence classique, Dan Witz dépeint un monde aussi fascinant que sauvage sur lequel il fond comme un oiseau de proie.
Entre absence et présence, entre plein et déliés, les œuvres figuratives de cet artiste Américain né en 1957 négocient sans cesse avec l’humain.

Une paire de jambes de femmes stickées sur des panneaux de signalisation, deux gants rembourrés qui laissent deviner une présence dans une bouche d’égout… Il s’agit chaque fois pour Dan Witz d’humaniser la rue. D’y infiltrer un soupçon de chaleur humaine. Un petit personnage apparaît d’ailleurs sans cesse comme sa marque de fabrique: il s’agit d’un “hoody”, un être encagoulé, aussi présent que sans visage. Ce n’est ni plus ni moins qu’une présence fantomatique qui donne le ton à toute l’œuvre de Dan Witz, qu’elle soit dans la rue ou en galerie, en intérieur ou en extérieur.

Ces visions qui balancent entre public et intime, parlent sans cesse de chaleur, humaine ou artificielle, et laissent toujours planer une sorte de mystère que l’on retrouve dans sa pratique en atelier.

D’un côté, ses huiles sur toile, apparemment classiques et réalistes, nous offrent une vision calme et feutrée de la banlieue: des ambiances nocturnes et des clair-obscur improvisés s’y succèdent. Des vitrines de boutiques et des façades de maisons éclairées, ou encore des lampes qui diffusent, sur des tables de chevet et des guéridons, leur chaleureux éclairage d’intérieur. Mais que ce soit des intérieurs ou des vues extérieures, toute âme qui vive semble en avoir été extrait.

Sa série des “Mosh Pit” est d’ailleurs représentative de cette notion. Elle diffuse même une sensation de vertige. Elle met en scène des hordes d’hommes ou d’animaux qui, par leur profusion, paraissent déshumanisés, comme élevés en batterie. L’ordre est dans le chaos, puisqu’il s’agit là d’une référence au punk hardcore et à ses chorégraphies où la violence est ritualisée.
Des orgies, des bagarres, des attroupements de chiens ou de rats en rangs serrés… ces amas de chair ne laissant pas passer le jour, nous laissent osciller entre attirance et répulsion. Se fondre dans cette masse abstraite et disparaître ou s’en tenir à une simple observation… en présence de ces êtres sombres et sans âme, c’est toujours le même sentiment d’inconfort qui l’emporte.

C’est la récente série des “Mosh Pit” qui sera présentée à la Galerie Addict à Paris pour cette première exposition personnelle de l’artiste.

Anaïd Demir