EN - FR

addict galerieexposaddict galerie
addict galerie

expo en cours

expos passées

- IMPRESSION, soleil couchant - Lou Sarda

- AKKU - Sacha Haillotte

- INTERIEUR PARTICULIER - Une proposition d'Arnaud Caffort

- TREIZE ADDICT

- LES RITA MITSOUKO & CATHERINE RINGER - Renaud Corlouër, Youri Lenquette, Pierre Terrasson

- Jean Faucheur - Où est la photographie ?

- Gilles Elie Cohen - EROS Pigalle

- Accrochage de Photographie . Group Show

- Gilles Elie Cohen - Vikings & Panthers

- Mauvais genre

- Youri Lenquette - KURT COBAIN - The Last Shooting

- Youri Lenquette - PUNK NUGGETS - Original Artyfacts 1977 - 1985

- David Lyle - Bits and Pieces

- Maria Tomé - La main de Dieu - (Hand of God)

- Jean Faucheur - Sans Titre

- John CRASH Matos - Study in Watercolors

- John CRASH Matos - CRASH fait le "M.U.R"!!

- THOMAS FIEBIG - La grande bouffe

- JEAN FAUCHEUR - Peinture Nouvelle

- MARKUS BUTKEREIT - Dr Mabuse

- John CRASH Matos - Paintings with a Hidden agenda

- ADDICTS… d’art urbain

- L'ART URBAIN...2

- L'ART URBAIN...du mur a l'atelier...

- Pax Paloscia - Forever young

- Skwak - Histoires grotesques et sérieuses

- Jong Myung Hwang - Faceless

- DAN WITZ - Recent Works

- John CRASH Matos - "Betances 1973-82"

- Tim Biskup - O/S Operating system

- SLICK 08 - Foire d'art contemporain

- Siegfried jegard - Far Away Eyes

- Sophie Toulouse - Nation Of Angela. Chapter07.

- Skwak - Born to be a Maniac

- Hors-d'oeuvre

- Place 54, L'expo

- Monsieur Siegfried Jegard est un MONSTRE.

- Dan Witz - Mosh Pit

- WK Interact - Double impact

- Justin Morin - Eyes’ River

- Sophie Toulouse - nation of angela. chapter 06. the battle for noa

- Olivier Kosta-Théfaine - I'm a Sartouvillois baby!

- addict

 

carton à telecharger

voir les photos de l'exposition
 

I'M A SARTROUVILLOIS BABY!

Olivier Kosta-Théfaine

Expostion du 24 Octobre au 25 Novembre 2006

Vernissage le samedi 21 octobre 2006 17:00 - 21:00
Exposition du 24 octobre au 25 novembre 2006
mardi - samedi  11:00 - 19:00

Télécharger le flyer  télécharger le communiqué

 


La ville et tout particulièrement la banlieue où il est né et a grandi, est au centre des réflexions d’Olivier Kosta-Théfaine. Fin connaisseur du monde urbain, l'artiste s'amuse depuis la fin des années 90 à détourner les codes d'un monde dont il connaît les pulsions, les us et coutumes, les joies et les déplaisirs. Avec autant d’humour que de poésie, et sans la moindre complaisance, il revisite l'esthétique de la banlieue et les clichés qu'elle véhicule. Quel que soit le médium utilisé, à travers ses installations, Olivier Kosta-Théfaine s’attarde sur l’esprit des cités, en capture les bons côtés et veille à restaurer son image aux yeux du public.
En France, on a pu repérer son travail à La Laiterie de Strasbourg (1996), ou au Centre d’Art Contemporain de Rueil-Malmaison (1999). En Europe, ses pièces ont aussi été présentées au sein de la Galerie Laura Pecci à Milan (2003), ou lors de l’exposition Unicura2 à De Appel à Amsterdam (2002).
Invité par ADDICT Galerie à présenter sa première exposition personnelle à Paris.
Olivier Kosta-Théfaine
nous plonge au coeur des cités et les libère de ses aspects négatifs et autres connotations péjoratives. "Les Marronniers", "Les Epinettes", "Les Buis", "Les Trèfles" ou "La Vigne Blanche" : on croirait à une promenade bucolique à travers champs mais les noms primesautiers donnés aux cités qui ont poussé ça et la en banlieue se déploient chez l’artiste tel un "Herbier" très spécial. Cette oeuvre est en fait réalisée à partir d’une liste éditée par le Ministère de l’Intérieur et répertorie les “172 cités les plus chaudes de France”. Au plafond de la galerie, tous ces noms sont reproduits à la flamme du briquet, et acquièrent ainsi leurs lettres de noblesse tout en faisant référence à un acte de vandalisme courant dans les cités, "à la manière des graffiti exécutés par ceux qui squattent les halls" précise l’artiste. Sur le modèle des moulures qui ornent les salons bourgeois, toujours au plafond, ce sont des rosaces qui se dessinent cette fois à la flamme du briquet. Au sol, des cocktails molotovs aux couleurs pop s’alignent. Intitulée "Saturday night fever", cette installation composée de bouteilles peintes de couleurs festives est une référence directe aux émeutes de banlieue d’octobre 2005 qui furent «des actions purement défouloirs et non politisées et ce, bien qu’elles soient les conséquences d’un fait divers tragique». Toujours entre attraction et répulsion, l’artiste revendique à nouveau avec fierté son béton natal, l‘installation intitulée "Supporters" fait plus que jamais référence à la cité-dortoir de sa jeunesse. Avec leurs noms fleuris, les cités Sartrouvilloises déploient les couleurs et armoiries de la ville et s’exhibent avec panache à travers une série d’écharpes de supporters de football. Et lorsqu’il est question de paradis de banlieue, c’est avec un néon que l’artiste fait allusion au centre commercial.
Ce mini-Nirvana en soi, apparaît sous la forme d’un hypnotique et attrayant arc-en-ciel qui aurait perdu ses couleurs.

Entre pop, cheap et chic, Olivier Kosta-Théfaine détourne cette sub-culture de banlieue et en redore le blason avec talent.

Anaïd Demir