EN - FR

addict galerieexposaddict galerie
addict galerie

expo en cours

expos passées

- ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES 2017 dans l'espace RVB - Une proposition de Jeff Manzetti

- IMPRESSION, soleil couchant - Lou Sarda

- AKKU - Sacha Haillotte

- INTERIEUR PARTICULIER - Une proposition d'Arnaud Caffort

- TREIZE ADDICT

- LES RITA MITSOUKO & CATHERINE RINGER - Renaud Corlouër, Youri Lenquette, Pierre Terrasson

- Jean Faucheur - Où est la photographie ?

- Gilles Elie Cohen - EROS Pigalle

- Accrochage de Photographie . Group Show

- Gilles Elie Cohen - Vikings & Panthers

- Mauvais genre

- Youri Lenquette - KURT COBAIN - The Last Shooting

- Youri Lenquette - PUNK NUGGETS - Original Artyfacts 1977 - 1985

- David Lyle - Bits and Pieces

- Maria Tomé - La main de Dieu - (Hand of God)

- Jean Faucheur - Sans Titre

- John CRASH Matos - Study in Watercolors

- John CRASH Matos - CRASH fait le "M.U.R"!!

- THOMAS FIEBIG - La grande bouffe

- JEAN FAUCHEUR - Peinture Nouvelle

- MARKUS BUTKEREIT - Dr Mabuse

- John CRASH Matos - Paintings with a Hidden agenda

- ADDICTS… d’art urbain

- L'ART URBAIN...2

- L'ART URBAIN...du mur a l'atelier...

- Pax Paloscia - Forever young

- Skwak - Histoires grotesques et sérieuses

- Jong Myung Hwang - Faceless

- DAN WITZ - Recent Works

- John CRASH Matos - "Betances 1973-82"

- Tim Biskup - O/S Operating system

- SLICK 08 - Foire d'art contemporain

- Siegfried jegard - Far Away Eyes

- Sophie Toulouse - Nation Of Angela. Chapter07.

- Skwak - Born to be a Maniac

- Hors-d'oeuvre

- Place 54, L'expo

- Monsieur Siegfried Jegard est un MONSTRE.

- Dan Witz - Mosh Pit

- WK Interact - Double impact

- Justin Morin - Eyes’ River

- Sophie Toulouse - nation of angela. chapter 06. the battle for noa

- Olivier Kosta-Théfaine - I'm a Sartouvillois baby!

- addict

 

voir les photos de l'exposition
 

ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES 2017

DANS L’ESPACE RVB

Une proposition de Jeff Manzetti

 

OUVERTURE DES BUREAUX DE VOTE  Jeudi 20 Avril de 18h à 22h
Vendredi 21 Avril & Samedi 22 Avril 14.00 - 20.00 

 

Venez voter pour l'énergie vibratoire des candidats à l'élection présidentielle 2017 !
Avec la participation du projet "les Mariannes" initié par Julianne Rose.

En France, les 23 avril et 7 mai 2017, 44,6 millions de citoyennes et de citoyens sont appelés à désigner le prochain Président de la République qui sera élu pour un mandat de cinq ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. A l'occasion de cette élection majeure, le corps électoral choisira, dans le secret de l'isoloir, celui qui sera, aux termes de la Constitution de la Ve République, le garant des institutions et le gardien des libertés collectives et individuelles. Sacrée responsabilité !

Dans une démocratie, « le pire des régimes à l’exception de tous les autres » selon Winston Churchill, si voter est un droit, voter en son âme conscience devrait être un devoir. L'affaire n'est pas aussi simple qu'il n'y parait. Nombreux sont les paramètres, conscients ou inconscients, qui peuvent (pré)déterminer les comportements électoraux.

Tout d'abord, nous le savons bien, pléthores d’études l’ont démontré, le choix du bulletin qui sera glissé dans l’urne peut dépendre de variables sociologiques, comme l'âge de l'électeur ou sa situation sociale, de facteurs partisans qui orientent idéologiquement les votes et enfin d’intérêts particuliers, certains votant avec l’objectif de maximisation de leurs intérêts à court terme.

De même, comment la liberté de conscience des électeurs peut-elle s’épanouir, quand à l’heure de la « médiacratie », les campagnes électorales s’organisent autour de faiseurs de roi, instituts de sondage et autres conseillers en image. Ainsi, les débats de fond, programmes contre programmes, laissent peu à peu place à une sorte de concours du meilleur buzz médiatique. Bienvenus dans l’ère du marketing politique !

Au regard de l’enjeu national que représente toute élection présidentielle, faisons le vœu malgré tout qu’une frange de l'électorat (importante espérons-le !) saura se déterminer en totale conscience et résistera aux logiques implacables du « système ».

Citoyennes, citoyens, c’est à une toute autre élection que vous êtes convoqués, les 20, 21 et 22 avril. En effet, il vous est proposé de quitter temporairement le bleu, blanc, rouge de la République française pour vous glisser dans le rouge, vert, bleu de l’Espace RVB. A l’occasion d’une performance artistico-électorale, vous aurez la possibilité de procéder à une élection particulière. En effet, il s’agira d’élire votre candidat parmi les onze « vibrations » des prétendants de l’élection présidentielle de 2017 réalisées par l’artiste Jeff Manzetti.

Si, dans le cadre de cette élection présidentielle, la République convoquera votre raison, c’est votre émotion que l’Espace RVB invitera à s’exprimer. Soyez rassurés, aucune propagande, aucun programme électoral, aucune enquête d’opinion ne tenteront de vous manipuler pour influencer votre vote. Face à une démarche artistique s’appuyant sur une réalité politique, il vous sera proposé de laisser totalement libre court à vos émotions et de donner pleinement la possibilité à votre sensibilité de s’exprimer sans état d’âme … mais en votre âme et conscience.

Alors : aux urnes, citoyennes et citoyens !

Sébastien Zonghero
Chargé de court en Droit constitutionnel - Université Paris XII
Membre du Comité électoral de l’Espace RVB

 

Image et vibration
L’histoire de l’art depuis ses origines examine le pouvoir de l’image, la force de persuasion visuelle et la puissance narrative de la figure.
La peinture, art des simulacres et du faux-semblant, usant du beau mensonge de la couleur, de l’artifice de la perspective, de l’illusion de la troisième dimension ou du modelé n’est, comme déjà le soutenait Platon, que maquillage éloignant de la réalité vraie. La photographie n’est pas plus vraie, surtout depuis l’apparition du numérique. Il n’est pas certain qu’une image dise jamais la vérité, mais elle établit un rapport au monde. C’est justement dans sa relation à l’objet, que se situe la reformulation propre à l’image.
Ingres nous a déjà habitué à la distorsion du réel par une idéalisation de la beauté en un canon parfait à ses yeux. Sa grande odalisque, de même que toutes les femmes qui naissent sous son pinceau, répondent à un stéréotype précis qu’il définit une fois pour toutes.
L’image de la publicité qu’un certain yaourt nous offrait, il y a peu, reprenait les mêmes codes. Un corps parfait issu d’un patchwork de différentes plastiques féminines.
L’image n’est donc plus du tout, digne de foi. Manipulée, déformée et hybridée, elle se met au service d’un discours qui peut se décliner sur tous les modes, de l’idéologique à l’économique, en passant par le psychologique… Elle soulève toutes incertitudes interprétatives et s’inscrit dans une vérité très provisoire, celle de l’instant !
Dans une affiche de campagne électorale la question qui se pose réside dans ce que l’image du candidat va donner à voir, à lire, à interpréter. Tout le staff de la communication du parti se penche sur les propriétés iconographiques et plastiques de l’image politique que le personnage doit incarner. Codifiées, cryptées, truffées de symboles, ces photographies ne permettent pas de porter un jugement sur une réalité en soi, elles induisent un discours. Toutes disent : « Votez pour moi, j’incarne par mon image l’Etat, et l’état de l’Etat, tel que vous souhaitez le voir… et par réverbération je suis la vôtre, puisque je suis à votre image ! »
Force de persuasion, vision fallacieuse, iconographie à double-fond, message subliminal…
Désirant se glisser sous l’éclat du cliché, pour révéler la nature des humains qui s’y cache, lever le voile sur leur personnalité et dégager ce que Roland Barthes(1) évoque comme la  « nappe mortifère de la pose », l’artiste plasticien Jeff Manzetti propose une performance électorale.
Ainsi la question est discutée…

Isabelle de Maison Rouge
Historienne de l’art
Membre du Comité électoral de l’Espace RVB